L’histoire

En 1902, La Condition Publique voit le jour en tant qu’établissement public, propriété de la Chambre de commerce de Roubaix. Au départ utilisée pour le conditionnement des matières textiles, 101 plus tard elle sera réhabilitée en manufacture culturelle.

 

Ce bâtiment monumental est un des premiers édifices à structure de béton entièrement recouvert de toits en terrasses. Il s’organise autour d’une rue couverte de 140 mètres, qui le traverse en plein milieu. Depuis 1998, il est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

 

 

la-cp-provenance-service-archives-mairie-3

 

 

// À QUOI SERVAIT-ELLE ?  //

 

 

Pendant 70 ans, La Condition Publique a eu pour mission de contrôler et certifier la qualité de différentes matières textiles avant leur vente, essentiellement la laine, le coton et la soie.

 

 

Plusieurs acteurs se rencontraient en son lieu :

> Les vendeurs qui livraient les matières textiles sous différentes formes plus ou moins travaillées : brutes, peignées, cardées, filées, voire tissées.

> Le personnel de La Condition Publique qui effectuait les principaux contrôles des produits qui concernaient leur poids et leur hygrométrie, c’est-à-dire leur teneur en eau.

La Condition Publique réalisait aussi des opérations complémentaires de logistique (emballage, stockage, livraisons… ) et des analyses chimiques pour le textile et d’autres industries.

 

 

cp-arcv2-laborantintin1 cp-arcv2-machinealaine1

 

 

// LA RÉHABILITATION DE PATRICK BOUCHAIN //

 

En 2003, la grande réhabilitions commence. Un seul mot d’ordre guide l’opération : garder et transmettre la mémoire du travail de ce bâtiment, où des entreprises étaient installées jusqu’en 1998, respecter au maximum les lieux et concevoir un outil brut, souple et modulable.

 

Le chantier dure 1 an et vise à remodeler La Condition Publique autour de quatre pôles :

 

> La FABRICATION et la CRÉATION à travers un grand espace d’ateliers de conception et de construction, des plateaux de répétition, des studios de pré-production musicale, un espace botanique d’expérimentation et d’étude sur les toits terrasses.

 

> La DIFFUSION avec une salle de spectacle et de répétition de 800 places debout et 400 assises, un espace d’exposition, une grande halle pour les manifestations et expositions exceptionnelles, la rue couverte qui peut accueillir braderies, marchés et art forain.

 

> Les LIEUX DE VIE sont partie prenante du projet avec l’estaminet, le restaurant, le bazar, tous animés du même souffle : amener de façon conviviale la rencontre et le débat entre les disciplines, autour des envies, avec les hommes.

 

> Les PRATIQUES et l’éducation populaire : un enjeu majeur auquel La Condition Publique répond en mettant en place des cours publics : un espace pour apprendre, comprendre, échanger, se former.

 

Quatre pôles pour une même volonté : favoriser l’échange entre art, patrimoine et mémoire pour faire de La Condition Publique un nouveau type d’équipement culturel loin de la simple salle de spectacle.

edou8048