SHAZ “REBORN” – Exposition – Avec Artivism Contemporary Art et le Labo 148

Pour son exposition Reborn, SHAZ est invité à travailler sur le thème du corps dans le cadre de la deuxième exposition en collaboration avec l’association Artivism Contemporary Art et le Labo 148 de la Condition Publique.

 

Shaz et l’hyper réalité de l’identité

Shaz est palestinien. Artiste du paradoxe, engagé, sa peinture est l’expression d’un art qui se veut lutter contre toutes les formes de discrimination ou de conformisme. Une réflexion sur le statut de l’étranger, la différence, sur les notions de frontières physiques et psychologiques, sur l’enfermement, la souffrance et les préjugés.
Un travail sur l’exil et la liberté, sur l’origine et sur la contrainte qui fait écho à son parcours personnel de vie.

“Je suis attiré par l’art depuis mon enfance en Libye. Mon statut d’immigrant en Europe et ma constatation de l’augmentation croissante de l’islamophobie dans le monde occidental me font explorer les liens entre la liberté totale de chaque individu et sa religion”. Shaz, artiste

 

Le Labo 148

Projet média participatif, le Labo 148 est une agence de production de contenus originaux, un laboratoire d’expérimentation à la lisière entre pratiques artistiques et journalistiques porté par al condition Publique à Roubaix. En écho à l’exposition Reborn, les jeunes se sont questionnés sur leur rapport au corps et ont produit une série de documentaires diffusés sur France 3 et dans l’exposition.

 

Artivism Contemporary Art

Initiée en 2015 par Stéphane Chatry, en collaboration avec différents acteurs (historiens, critiques d’art, photographes, réalisateurs, techniciens, mécènes, etc.), Artivism CA est une plateforme  de promotion d’artistes plasticiens ayant en commun une oeuvre engagée, questionnant les sujets sociétaux, géopolitiques ou écologiques.

Expositions, vidéos, cours d’initiation, édition de la revue Artivist : qu’ils soient peintres, dessinateurs, sculpteurs, photographes, vidéastes… ils ont en commun leur œuvre engagée, voire « politique », abordant et questionnant des sujets sociétaux, géopolitiques ou écologiques. Ces artistes s’inscrivent dans le courant de l’Artivisme, néologisme apparu dans les années 1990, né de la fusion des mots « art » et « activisme ».

 

Le but de la création artistique devrait être toujours de faire avancer les mentalités, de faire bouger les lignes et d’éveiller les consciences“. Nicogermain, artiste, Revue Artiviste #1.

 

 

 

////////////////// INFOS PRATIQUES ////////////////////

 

Exposition visible du 13 mars au 13 avril.

Vernissage Jeudi 14 mars (Programme complet).

Entrée Libre

Du mercredi au samedi

13:00—19:00

 

Avec le soutien du CGET (Commissariat général à l’égalité des territoies), de ENGIE, des Briqueteries du Nord